Pourquoi la GPA ?

On me demande régulièrement pourquoi nous avons choisi de faire une GPA « gestation pour autrui».
En fait au début de nos envies de paternité on ne se posait pas vraiment la question sur la façon de le devenir.
On voulait l’être et c’est tout, c’était abstrait, on savait que cela allait être « dans longtemps ».
Et puis le jour où cette envie s'est faite vraiment ressentir on se pose la question :

Comment allons-nous devenir Papa ?

Bien sûr, nous pensons à l’adoption. A priori quoi de plus logique quand nous sommes deux hommes ?
Nous voilà, grâce à internet à nous projeter dans un parcours d’adoption.
Renseignement, discussion sur des forums, tout cela reste flou.
Finalement nous sommes allés dans des associations ou nous rencontrons des couples ayant eu recours à l’adoption.

Pour vous situer, nous sommes en 2011, le mariage pour tous n’est même pas à l’état de projet et pour prétendre à être parent, lorsque nous sommes LGBT, il faut ruser. Même si à cette époque, l’orientation sexuelle ne devait pas être un critère discriminant, il était toujours très difficile d’obtenir un agrément lorsque nous sommes deux hommes (ou couple n’étant pas constitué d’un homme et  d’une femme).

D’ailleurs comme une des conditions principales pour adopter est le mariage, nous aurions alors forcément adopté en célibataire. Nous n’avions pas envie de mentir sur notre situation.

Une des solutions aurait été d’accepter un « grand enfant », et très sincèrement, a même pas 23 ans à l’époque, je ne me serais pas senti d’adopter un enfant de 8 ans ou plus…Nous avons été découragés.

Dans les autres solutions, nous avons pensé à la co-parentalité, c’est le fait de partager un enfant avec une femme ou un couple de femme. S’organiser pour la garde de l’enfant, dans un cadre non reconnu juridiquement.
Partager un enfant avec un autre couple ne nous correspondait pas à l’époque.
D’autant, que dans l’association ou nous avons été pour nous renseigner sur l’adoption, nous avions été refroidis par l’histoire d’un couple d’homme, qui était en pleine procédure car les mères étaient parties à l’autre bout de la France, empêchant ce couple de papa de voir leur enfant.

Nous avons commencé à nous renseigner sur la GPA. Au début ce mot, que dis-je, cet acronyme fait peur, nous nous rappelons des histoires glauques de femmes Indiennes enfermées dans des sortes de centres pour mère porteuse. De couple ayant l’impossibilités de revenir en France pour cause de problèmes administratifs…

Retour à la case départ.
Comment allions-nous devenir papa ?
Nous sommes retournés dans cette fameuse association, pour repenser notre projet. Et surtout discuter avec des couples qui sont, ou ont été dans notre situation.
C'est là que nous avons entendu parler de la « GPA éthique ».
La gestation pour autrui dans des pays où les femmes, leur famille, et les futurs parents sont protégé-e-s au mieux et que la démarche se fasse dans le respect de tous.

Dans les pays l’autorisant aux couples de même sexe : les Etats-Unis.
En fait aux Etats-Unis pour être mère porteuse il faut passer par des organismes dit « agence » qui coordonne le projet parental.
A première vu le fait qu’il y’ait un intermédiaire peut paraitre bizarre, mais ces intermédiaires, bien souvent des cabinets d’avocats, sont garants du bien être des parties, à commencer par les femmes.

Toutes ne sont pas acceptées car il y a des critères pour prétendre à devenir mère porteuse.
Que sa famille (conjoint.e) soit d’accord, qu’elle passe des tests psychologiques, médicaux, qu’elle n’ait pas de problèmes financiers et qu’elle ait déjà des enfants.
Des conditions qui nous rassurent, en tant que futurs parents, sur le fait de ne pas être dans une forme de marchandisation du corps des femmes. Etre mère porteuse, est souvent une sorte d’épanouissement personnel. Mais j’y reviendrai dans un futur article.

Pour les parents d’intention (c’est-à-dire le couple qui prétend à devenir parent) il y a aussi des tests à passer, psychologiques et médicaux.

Encore une fois, j’en parlerai plus longuement dans un autre article, celui-ci visant à expliquer pourquoi nous avons fait le choix de la GPA.

Pour nous, plus de doute possible, nous n'étions pas dans le cadre d'une histoire glauque tant décriée par les opposants. Le sordide existe aussi dans le monde de l’adoption, elle est pourtant bien encadrée et utilisée.
Nous avons donc recherché sur internet les fameuses « agences » de mères porteuses et en avons contacté plusieurs.
Nous avons été convaincus par cette pratique et savions que cela serait notre solution pour devenir parent.

Même si cela n’a pas été un long fleuve tranquille, 6 ans après (à ce jour) nous sommes papas de 3 merveilleuses petites filles.

13 commentaires:

  1. Très joli blog et j'aime beaucoup la façon dont vous écrivez ... Bel article . Hâte de lire le prochain ��

    RépondreSupprimer
  2. La patiente vous a récompensé. Et aujourd'hui, 3 merveilleuses demoiselles !

    RépondreSupprimer
  3. Votre famille est superbe et je suis très heureuse de vous voir comblés !
    Je me posais une question à propos des agences de mères porteuses comme vous dites, avez-vous la possibilité de « choisir » la femme qui portera l’enfant ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non on ne choisit pas ! J'en parle dans mon autre article

      Supprimer
  4. C est Moi ou le skin du blog ressemble à un petit pyjama de votre petite derniere ? (Karynoublog)

    RépondreSupprimer
  5. très beau blog merci de nous raconter avec vos mots votre parcours pour devenir pères

    RépondreSupprimer
  6. Je ne comprends toujours pas pourquoi la GPA est illégale dans le pays des droits de l’homme. Je suis tellement pour si celà est fait correctement et bien encadré !!!
    Tous les couples n’ont pas forcément les moyens d’aller au bout du monde :/

    RépondreSupprimer
  7. Je découvre votre blog aujourd’hui et je vais m’empressdr De lire la suite!
    Je ne comprend pas bien pourquoi la GPA n’est pas autorisé en France! Bien encadrée ça serait vraiment bien!

    RépondreSupprimer
  8. Quel parcours, moi aussi je ne comprends,pourquoi aller si loin, alors que bcp de couples ne demandent que ça. Nous avons bien du retard !!

    RépondreSupprimer
  9. Tous les jours je vous suis sur Twitter et maintenant sur Instagram , je suis émerveillée par l'amour que vous portez a vos filles , elles sauront un jour la chance quelles ont eu d'avoir des parents qui les aiment autant , ont ne peux pas en dire autant de certains parents ( de sang) Vous faite une très belle famille .

    RépondreSupprimer

Papa ou Papa ?

Quand on est un couple de deux futurs papas, on se pose bien sûr plein de questions dont une : comment allons nous nous faire appeler. Au ...